Boycott SEVE de l'EUP  
 
Accueil
 
Statuts
 
Actualités
 
METHANISATION
 
Projet encochonnement
 
AG de SEVE depuis 2004
 
Collectif contre l'Encochonnement
 
Première bataille
 
Seconde Bataille
 
Troisième Bataille
 
Actions Diverses

Le 11 Septembre 2009 Madame la Sous Préfète d’Autun annonce :

l’ouverture d’une nouvelle Enquête d’Utilité Publique, du 5 Octobre au 6 Novembre,

à la mairie de Reclesne concernant 7 communes.

 

SEVE DECIDE DE REAGIR !

 

SEVE APPELLE  AUSSITOT AU BOYCOTTAGE de l’ENQUETE PAR LES CITOYENS

 

1ére justification du boycott

         Le dossier à consulter est un pavé de près de 500 pages qui nécessite au moins  4 heures d’une lecture attentive pour l’appréhender. Le plan d’épandage proposé prévoit l’épandage de lisier (plus de 4000m3 par an) sur essentiellement des prairies. Ce sont les Citoyens de 7 communes qui sont concernés, dont la commune d’Autun avec plus de12ha d’épandage situés à environ 1.5 km de son terrain de camping !.. Au total ce sont donc  plus de 15 000 Citoyens Autunois qui sont susceptibles de venir consulter l’unique dossier déposé à la mairie d'AUTUN !

 

 

2ème justification du boycott

            Ces milliers de Citoyens d’Autun devraient accomplir dans la semaine (un seul samedi matin de prévu) une trentaine de km pour  enregistrer leurs observations sur l’unique registre d’enquête. L’administration, qui devrait être la première à montrer l’exemple afin de réduire les émissions polluantes, a du oublier ‘ la taxe carbone ‘ Elle aurait pu ouvrir un deuxième bureau à la mairie d’Autun !

 

 

3ème justification du boycott

          Les remarques consignées dans le registre d’enquête par les Citoyens lors de la première enquête publique de 2004 n’ont absolument pas été prises en compte par le Préfet de Saône-et-Loire, qui les a superbement ignorées en délivrant en 2005 un arrêté préfectoral d’autorisation contenant des prescriptions techniques de fonctionnement pour la cochonnerie tout à fait basiques, comme si de rien n’était. Pire, le Préfet de Saône-et-Loire a cru berner les Citoyens en rendant publique sa décision en plein été, durant les vacances estivales de 2005. Ces manœuvres ne peuvent qu’affaiblir la crédibilité de l’Etat dans ce type de procédure d’instruction, où la participation du public est d’autant plus recherchée qu’elle est vouée par principe à constituer un leurre ou une illusion de démocratie participative.

 

4ème justification du boycott

 

              SEVE avait obtenu pendant la première enquête publique de 2004 la signature d’une pétition de plus de 1200 Citoyens opposés au projet. Cette pétition remise au Commissaire Enquêteur à la fin de l’enquête publique n’a pas été retenue comme significative !

 

5ème justification du boycott 

              D'autre part une copie d’un courrier de la Direction des services vétérinaires, stipule non seulement que « ce dossier est considéré comme recevable » mais qu’« il s’agit tout simplement d’une régularisation », ce que l’EARL LAMARRE se garde bien d’évoquer.

Ce procédé de régularisation très utilisé dans le milieu agricole a conduit la Bretagne dans l’état que tout le monde ENFIN reconnaît, mais il aura tout de même fallu la visite d’un Premier Ministre !

Pour nettoyer…..

 

Algues vertes :

 Fillon préfère nettoyer que fâcher les paysans

 

Courage, fuyons !

 

 

SEVE remettra une contribution écrite, le dernier jour de l'Enquête Publique, à Monsieur le Commissaire Enquêteur

 

Pour lire cette contribution      Cliquez ici

 

 

  3 autres Associations enverront aussi une contributioncommune:

  Autun Morvan Ecologie, Maison du Développement Durable,

 La Ligue des Droits de l'Honne:

 

Pour lire cette contribution      Cliquez ici

 

 

Le Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement également

 

       Pour lire cette contribution      Cliquez ici   

   

 

© 2016